10 entités mythiques de dragon de différentes cultures que vous devriez connaître

10 entités mythiques de dragon de différentes cultures que vous devriez connaître

de lecture - mots

Parmi toutes les créatures légendaires, les dragons (dérivés du grec δράκων ou drákōn) ont pris leur place unique parmi les piédestaux des récits mythologiques ainsi que de la culture populaire actuelle. Et de manière assez intéressante, les dragons (ou du moins les entités ressemblant à des dragons) ont été des éléments symboliques d'une myriade de régions à travers le monde. Bien sûr, beaucoup de ces traditions mythiques se sont développées et ont évolué distinctement sans grande influence les unes des autres, et pourtant les monstres ont généralement joué leurs principaux rôles en tant que dieux, démons et même personnifications du nationalisme. Alors, sans plus tarder, jetons un coup d'œil à dix entités mythiques de dragons de cultures à travers la planète que vous ne connaissiez peut-être pas.

1) Akhekh (d'Egypte)

Également connu sous le nom d'Akhekhu, l'Akhekh se caractérise comme une bête fantastique avec un long corps serpentin soutenu par ses quatre pattes. Le dragon mythique aurait résidé dans des coins reculés des terres égyptiennes, principalement autour des zones désertiques marginales à côté de la fertile vallée du Nil. Et assez intéressant, les contes du drake Akhekh ont peut-être inspiré les légendes des Griffins en Europe. Cette évolution progressive des traditions folkloriques peut être corroborée par les représentations ultérieures de l'Akhékh - dans lesquelles la créature conserve son profil serpentin avec les coiffures égyptiennes antiques (Uraei), bien qu'avec un corps d'antilope et une tête d'oiseau.

2) Drakon Kholkikos (de Kolkhis ou de Géorgie)

Si la légende de `` Jason et les Argonautes '' était un jeu d'aventure, le Drakon Kholkikos (ou simplement Dragon Colchian) aurait été le principal patron qui gardait la Toison d'or - qui était située dans le bosquet sacré d'Arès à Kolkhis (présent -jour Géorgie centrale). Décrit comme ayant une crête, trois langues et un ensemble magique de dents, il existe différentes versions de la façon dont le dragon mythique a rencontré sa mort prématurée - certaines concluant avec le scénario omniprésent du héros tuant le dragon et d'autres faisant allusion à une situation où la sorcière Médée endort le dragon de sa magie. Il existe également une troisième version où le grand chanteur Orphée attire le dragon avec une interprétation musicale enchanteresse sur sa lyre.

3) Druk (du Bhoutan)

Druk ou «Thunder Dragon» est la personnification nationale de la culture, de la mythologie et de la monarchie bhoutanaises. À cette fin, le drake à l'échelle élaborée figure en bonne place dans le drapeau national et l'hymne national du Bhoutan (Druk tsendhen), tandis que la nation nichée dans l'Himalaya elle-même est appelée Druk Yul (à Dzongkha), ce qui se traduit par le `` pays de Druk ''. La portée mythique inspirée du dragon s'étend également aux titres personnels, les dirigeants du Bhoutan étant appelés Druk Gyalpo ou «Thunder Dragon Kings». Et, si vous pensiez que cela étirait un peu les choses - eh bien, même tous les partis politiques ont été nommés «Parti Druk», pour une simulation d’élection qui s’est tenue en 2008.

4) Fafnir (de Scandinavie)

Probablement le plus célèbre de tous les dragons mentionnés dans cette liste, Fafnir (selon diverses sagas) a étrangement commencé sa vie en tant que simple nain. Il était le fils du roi nain Hreidmar et était responsable de la mort de son propre père pour s'emparer de toutes les richesses et trésors volés à l'origine aux dieux æsir. Cependant, après avoir pris les objets de valeur par pure cupidité, il a été maudit par l'anneau d'Andvari et l'or parmi le butin (c'était un tour joué par Loki). Cela l'a transformé en un puissant dragon mythique avec des écailles blindées qui ne pouvaient pas être pénétrées par des armes ordinaires (Smaug n'importe qui?). Enfin, c'est Sigurd qui l'a tué avec son épée cassée, Gram, en trouvant un point faible le long du ventre mou de la gigantesque bête.

5) Kukulkan (de la Mésoamérique)

Aussi connu sous le nom de Quetzalcoatl, Kukulkan était vénéré comme le grand dieu «serpent à plumes» dans le panthéon des Aztèques, des Toltèques et des Mayas. La divinité majeure (prenant souvent la forme d’une entité mythique ressemblant à un dragon) semble avoir joué un rôle multiforme dans l’exercice de ses activités «pieuses». À cette fin, Kukulkan était le dieu de la création, le père de l'étoile du matin et du soir, le protecteur des artisans, le faiseur de pluie, le souffleur de vent et aussi le pompier. Fait intéressant, les Mayas et les Aztèques n'étaient pas trop férus d'éclipses solaires (étant donné le caractère sacré du soleil), en tant que telles, leurs traditions mythiques représentaient de tels scénarios rares avec le Serpent de Terre avalant le grand Quetzalcoatl. En outre, contrairement à leur penchant culturel pour les sacrifices humains, Kukulkan n'était pas censé aimer de telles pratiques sanguinaires.

6) Kur (de Sumeria)

Le Kur primordial est souvent considéré comme le premier dragon dans le réseau de vastes traditions littéraires de Sumeria. Il est décrit comme résidant dans le vide au-dessus de la couche terrestre et en dessous de la mer primitive. L'entité monstrueuse est également souvent liée au concept sumérien des enfers, et tel, parmi ses nombreux exploits méchants, le dragon a déjà kidnappé la déesse Ereshkigal en l'emmenant dans son royaume des enfers. La tâche de sauvetage incomba à un héros appelé Enki, et il réussit à tuer le dragon mythique - un récit qui sert de prologue à la célèbre «Epic of Gilgamesh». Fait intéressant, l'acte de «tuer un dragon» est un motif commun répété dans les traditions babyloniennes ultérieures, qui pourraient également avoir trouvé ses parallèles ou son expansion (dans les contes) dans d'autres parties du monde.

7) Python (de Grèce)

Python est dépeint comme le dragon de la terre qui provient d'une boue à Delphes, tandis que d'autres sources affirment que l'entité est une progéniture femelle de Gaia, la déesse de la Terre. Elle était décrite comme étant tellement gigantesque que ses enroulements gargantuesques s'étiraient sur tout le site de l'oracle de Delphes - protégeant ainsi habilement sa mère. Elle était également considérée comme l’un des animaux de compagnie d’Héra (épouse de Zeus), ce qui lui a donné le «privilège» de causer des dommages et des destructions aux terres environnantes, sans être puni. Cependant, les heureuses séances de gambade ont finalement été interrompues par la divinité olympienne Apollo, quand il a tué le dragon mythique avec son arme de choix - l'arc et la flèche. Le dieu de la «lumière et du soleil» a également pris le contrôle de la forteresse de Delphes et l'a magnifiquement rénové avec ses propres prédilections.

8) Ver Stoor (d'Écosse)

Stoor Worm ou Mester Stoor Worm (également connu sous le nom de Master Stoor Worm) est un monstre diabolique de la mythologie orcadienne (mythes relatifs aux îles Orcades, au nord de l'Écosse), qui est décrit comme ayant la capacité fétide de provoquer la peste et la contamination entre les deux plantes et les animaux. Il était également connu pour être un glouton et choisirait au hasard sept victimes de la colonie voisine pour son repas hebdomadaire. Heureusement, dans une tournure des événements intéressante, c'est un petit garçon nommé Assipattle, qui a tué le dragon mythique en pénétrant dans son ventre avec un bateau et en brûlant le foie de la créature. Cependant, la portée du ver Stoor pourrait aller au-delà de ce petit conte, car certains experts pensent que le dragon monstre était une version orkney du célèbre Jörmungandr de la mythologie nordique (le serpent du monde qui devrait être tué par le puissant Thor pendant Ragnarok).

9) Vritra (d'Inde)

Mentionnée dans les anciens textes védiques aryens comme le principal adversaire de l'Indra (le roi des Devas ou `` demi-dieux ''), Vritra était un Asura (un esprit qui cherche le pouvoir et la domination) qui était représenté comme une entité mythique ressemblant à un dragon . Également connu sous son nom védique d'Ahi, qui se traduit par «serpent», Vritra personnifie les sécheresses qui «emprisonnent» de nombreuses rivières et plans d'eau. D'un autre côté, Indra était le Dieu des orages et de la pluie, et donc leur inimitié est bien justifiée dans le cadre littéraire. À cette fin, dans une bataille épique, Indra a réussi à détruire 99 forteresses de la bête et a finalement tué le dragon lui-même en brisant sa mâchoire en deux - son pouvoir imprégné étant généré à partir d'une boisson enchantée appelée «Soma». Cet exploit héroïque a finalement conduit à la liberté des rivières qui coulent.

10) Honorable Mention – Abrasax

Abrasax (ou Abraxas) est un terme bien connu dans les traditions gnostiques, où l'entité est considérée comme le grand «Archon» ou Dieu. Cela a un sens étymologique, car Abrasax en grec se traduit par «être suprême», les sept lettres désignant les sept planètes primaires. Même les lettres grecques du mot totalisent 365, ce qui correspond au nombre de jours dans une année. Cependant, au-delà des traditions gnostiques, l'Abrasax pourrait très bien avoir son origine dans les mythes perses. Selon de nombreuses sources, l'entité était souvent perçue comme un démon (par opposition à un dieu), et elle était décrite physiquement comme un hybride entre un dragon et un serpent mythiques, avec une tête de coq! De plus, dans une note intéressante, il a été suggéré que le mot fantaisiste Abracadabra est dérivé d'Abrasax.

 

Viens découvrir les dragons de la culture scandinave dès maintenant !


Laissez un commentaire

Newsletter

LA newsletter des dragons : bon de -15 % offert 🐉